Archive | mai, 2012

La tristitude

31 Mai

 

La tristitude c’est quand tu attends désespérément tes règles pour faire ton écho à j1, et que tu te tapes 5 jours de spotings….

La tristitude c’est quand 6 jours avant la première piqûre, tu dois faire une prise de sang sortie de nulle part avec des taux de gamma gt à doser.
Et ça fait chier.
La tristitude, c’est quand ces taux sont 3 fois supérieurs à la norme, alors que tu as touché ton dernier verre une semaine avant (oui, ces gamma gt sont les bordels qui disent: ah toi t’es alcooliqueuuuuuhhh ), et que comme les taux sont pas bons, tu les refais…. donc 11 jours après ton dernier verre, et que ça baisse pas…l
Et ça fait mal
La tristitude, c’est quand la clinique espagnole, à 2 jours du feu vert pour ta première piqûre te dit : ah ben voyez un gastroentérologue pour avoir les raisons de cette élévation (pas convaincue par leur traductrice en fait)  et revenez vers nous seulement après la consultation.
On est jeudi soir, ma piqûre doit se faire samedi soir (enfin si les anglais daignent débarquer…vraiment…).
«  » » » » La tristitude, c’est moi, c’est toi, c’est eux, c’est nous, c’est quoi
C’est la vie  qui te crie que ça ne va pas du tout. «  » » » »
non en fait, c’est plus la tristitude, c’est la méga loose…

Mon autre (copyright Loosequeen)

24 Mai

Il est mon double, il est ma moitié, il est mon oxygène, il est ma joie de vivre : il est mon autre

Presque jumeaux, quelques poignées d’heures nous séparant, nous sommes un couple « post it ».

 Post it car fusionnels, post it car toujours collés l’un à l’autre, post it car quand je fais mon schtroumpf asocial, il se colle devant moi et fait barrage, post it car quand il est chagrin, je me colle devant et enfile mon costume de clown pour que les autres ne voient pas sa tristesse.

 Nos cotés ours sauvages se respectent mutuellement, on peut passer des soirées l’un à coté de l’autre, sans se parler, mais en être heureux, tout simplement.

J’aime la femme qui est en lui, quand me parle chiffon, il aime l’homme qui est en moi, quand affalé devant la télé je zappe en attendant qu’il me serve ce qu’il a cuisiné.

Il me devine, je lis souvent en lui. On se complète dans nos rares différences. Il est mon autre

 Même en PMA. Des débuts chaotiques où il se sentait coupable d’avoir un sperme si « mauvais », puis une nouvelle donnée, je serai moi aussi bien responsable de notre infertilité, enfin mon ADN. Un partout la balle au centre. Enfin la balle, faut qu’elle trouve de la place entre nous .

Il est actif et sous marine comme moi sur un forum de discussion PMA, il est impliqué, me fait les piqures, vis avec moi chaque étape des traitements.

Il me dit que de toute façon, quoi qu’il ressorte de tout cela, on sera heureux, car on s’est trouvés. Oui, on a eu la chance de se trouver, et la suite n’a été qu’enchainement d’évidences. Il est mon autre

 

Mais… mais j’ai l’impression de lui mentir, de lui cacher un pan de ma vie.

 

Il n’est pas au courant qu’il ya plus d’un mois, pour « voir », j’ai débuté ce blog. Il ne sait pas que je m’épanche ici, que ce que je « trouve » dans cette blogosphère m’est doux, agréable, rassurant, émouvant (dans toute la palette d’émotions possibles). Il ne rigole pas aux billets de certaines avec moi, ne fait pas un petit « oohhhh » comme moi,  les yeux embués en lisant de bonnes (doubles !! ) nouvelles.

Il ne partage pas ces petits moments de réflexions intime qui au lieu de tourner en boucle « ca va marcher ? non ca va rater, on a jamais eu de chance.. mais si ca va marcher… mais non, on claque du fric pour rien.. etc etc » me permettent de penser à mes prochains mots.. me faisant doucettement penser à autre chose.

Et j’ai l’impression de le trahir, quelque part. De vivre cela dans mon coin, en l’excluant. Et je sais que surement il a grillé la chose en zieutant le soir…Et je sais que délicat comme il est, il ne me dira rien, même si curieux comme pas permis il a déjà tout lu. Je sais qu’il ne me jugera pas, qu’il me laissera « souffler » ici, seule face à mes émotions, juste pour exprimer mon « JE » et non pas parler pour « NOUS ».

 Mais j’ai l’impression que l’espace de quelques pages, mon autre est loin de moi, et je me sens incomplète.

 (un grand merci à Loosequeen qui grâce à son magnifique post du 18 Mai m’a inspiré cette réflexion du jour – et c’est bien dommage que je ne sache pas mettre de lien sinon je vous l’aurais mis !)

Le Festival de C0nnes

21 Mai

Alors, la palme, vous la remettez à qui ? :

  • Oh la mais madame, à votre âge c’est un peu tard pour vous y mettre, non ? Pourquoi avoir attendu autant ? (peut être parce que j’ai pas trouvé l’homme avant ? Fallait le dire qu’il ya des boutiques spécialisées en Homme parfait ! j’aurais pas attendu aussi longtemps la livraison moi ! …. Pfff on m’dit jamais rien aussi …)
  • Mais naaaan, c’est dans la tête tout ça !! (ah mince, si en plus j’ovule du neurone, nous vl’a bien ! …)
  • Mais oui, c’est dans la tête !! (bon, ben la prochaine fois pour la température.. le thermomètre, hopla, dans l’oreille ! )
  • Faut que tu arrêtes d’y penser tout le temps aussi, ça aide pas ! – Mais avec les piqures tu sais.. c’est dur de ne pas y penser.. – Ah ben tu fais comme moi quand je fais l’amour, tu penses à autre chose, et je te promets, tu vas rien sentir !  (hum… j’avais pas tilté qu’on en était à ce stade d’intimité entre ma collègue et moi.. )
  • Faut mettre des cierges (check) / Faut aller prier Ste Rita (check) / bon ben … Lourdes je ne vois plus que ça !.. (check… et mat !)
  • Mais pourquoi vous tenez absolument à avoir votre propre enfant, tu te fais du mal pour rien ! Adoptes, au moins c’est développement durable le recyclage ! (et ta connerie, elle est recyclée ou pas ? parce que la c’est qualité AOC)
  • C’est que tu dois pas en avoir envie inconsciemment.. Ma femme m’a tellement fait chier pour avoir le 3 ème que je ne voulais pas, qu’elle est tombée enceinte sous pilule. Quand on veut vraiment, le corps suit (écoutes, faut que je t’avoues un truc : je crois que tu es trop naïf mon grand..)
  • Tu sais, je te comprends, nous aussi on traverse une période atroce, ca fait 6 mois qu’on essai, et je sens que notre couple ne va pas s’en remettre … (ca va aller ma bichette, tes 2 enfants de 3 ans et 22 mois devraient t’aider à surmonter cette épreuve non ? ..) Comment vous faites pour que votre couple tienne le choc ?? !! ?? (ben on s’aime.. tout simplement. ça aide peut etre, non ? ..)
  • [dans la même soirée] blabla… mais tu sais, tu es peut etre trop maigre aussi…. [une autre copine] .. blabla.. ma gynéco m’a dit que j’avais eu du mal à cause de mon poids. Tu as pensé à faire un régime ? (ah merde, j’ai mangé trop de tomates cerises ce soir ?? j’ai pris 10kg d’un coup ??? !! )
  • Je crois que psychologiquement, tant que tu n’as pas ton permis de conduire, tu ne peux pas être mère. Sois autonome un peu ! (par contre, le permis de te mettre ma main dans la tronche, je l’ai jamais raté.. tu veux que je te flash ? )
  • Bah.. allez va, au pire, vous prendrez un chien ! … ( ou un ours en peluche.. (°o°)..)
  • Alors voila, on a pensé à toi comme marraine parce qu’on s’est dit que comme tu n’auras peut être jamais d’enfant, tu t’occuperas bien de notre tête blonde (égoïste, et imparable. En plus le transfert affectif ça manquait justement à ma liste de névroses)
  • Quoi 10 000 euros une fiv en Espagne ? Pour ce prix la, je veux bien te filer un de mes gosses !! Meuh nan, j’rigole (lol) !! .. (Ah merde, j’avais déjà mis une option sur N° 3 moi ! en plus il est né le jour de ma fausse couche.. trop dommage, le transfert affectif est déjà pris par le filleul que j’ai refusé.. c’est ballot.. ..)
  • Vraiment, vous voulez un enfant ? Mais on va tous mourir dans quelques mois (j’ose espérer que c’était de l »humour, mais suis pas bien sure..)

(un grand merci à -M- à qui j’ai piqué le titre)

Sangria, Tapas y FIV DPI por favor

16 Mai

Donc, en attendant la convocation de l’hôpital Béclère, premier semestre 2013 pour voir si on peut faire une DPI en France, petit retour de notre entrevue espagnole.

Clinique : Ginefiv à Madrid – Entrevue le 2 avril (premier contact par mail le 22/02, nous aurions pu avoir RDV plus tôt si voulu)

 

Les premiers échanges d’infos par mail étaient assez rapides, clairs, et très bon contact avec les 2 filles qui m’ont répondu.

Nous avons été reçus par une femme parlant français, notre référente, qui nous a servi de traductrice tout l’après midi (le tout a duré presque 3h et demi)
Très sympa, à l’écoute, un peu speed, mais ça nous va bien

Nous avons d’abord rencontré la généticienne, qui nous a bien expliqué ma translocation réciproque 2 / 5 et son influence sur la reproduction, comment contourner le problème et ce en quoi la clinique peut nous aider. Elle nous a rappelé que le 100% de réussite pour détecter un embryon sain n’est pas possible, mais que l’échec est faible (en gros, il arrive dans de rares cas que la cellule prélevée ne corresponde pas aux autres et que cela fausse le test génétique)

 J’ai du faire une nouvelle prise de sang pour déterminer la dpi à utiliser, résultats sous 2 mois (de ce résultat dépend le feu vert pour la première piqure.. pourvu que ca colle avec mon cycle de début juin !…)

Nous avons convenu ensemble qu’en plus de ma translocation, pour un « petit » supplément, nous chercherons aussi la trisomie 18, 21 et 3 autres chromosomes à risques, tant qu’à faire… et si ca peut éviter une amnio…

Ensuite, nous avons rencontré la gyneco, explication du protocole court, menopur encore car j’avais bien réagi+ orgalutran, elle nous a dit qu’il est très souhaitable d’arriver en Espagne à j9 pour être surs que l’écho et les pds soient validées par elle, que le transfert se ferait à j5 post ponction si embryon, bref, un long séjour sur place est à prévoir.
Elle nous a transmis l’ordonnance à refaire en France pour remboursement (ce qui a été fait)
Elle m’a fait un examen gynécologique et échographique pour prendre ses mesures (encore…..), prendre ses notes et essayer un cathéter pour le transfert. La classe l’écho la bas !  Petite salle pour se déshabiller à l’abri des regards, peignoir médical et petite serviette pour poser sur les genoux au moment de l’écho et ainsi protéger une certaine pudeur (moi je m’en tape, mais j’ai trouvé cela très délicat pour celles que ca dérange)

Puis monsieur est passé au labo pour son dépôt, qui sera trié, lavé et congelé pour l’icsi. Mais si à la décongélation la qualité n’est pas top, il est quand même recommandé qu’il soit là le jour de la ponction.

Puis nous avons signé tous les papiers, décortiqué le devis, posé nos dernières questions. Pour le moment, le devis total s’élèverait à presque 9 300e, avec les suppléments de base (anesthésie générale non comprise, embryoscope en supp par exemple). Et ce, avec la réduction négociée par l’association « les enfants kdos » !!

J’ai ensuite fait la fameuse prise de sang pour la génétique, piqueuse top, avec notre référente à mes cotés, pour d’éventuelles questions à traduire.

Et nous sommes passés la caisse….un peu moins de la moitié de la fiv au totale payée, car on verra les options selon l’avancée du traitement.

 Depuis… on continue d’échanger par mail pour d’autres infos (par exemple les examens et prises de sang à faire pour l’anesthésie générale, examens remboursés par la sécu si faits en France), mais… on attend toujours les résultats de la prise de sang génétique pour débuter le traitement… verdict sous 15 jours, j’espère, pour pouvoir attaquer à mon cycle de début juin !! Sinon… je cramerais mes rares congés payés pour l’Espagne, en mode baleine sous traitement et sous 40° ! … Ceci dit, pour un début de vie.. ya bien pire 😉

Ca pour une nouvelle..

14 Mai

Ce matin, le métro est rempli, mais pas bondé.

 Une jeune femme monte, le nombril en avant.

 Elle fait un tour sur elle-même, pour bien montrer qu’elle assume pleinement son ventre rebondi, regardant avec insistance les passagers assis, majoritairement masculin.

 Je me lève alors de mon strapontin, pour lui laisser la place et lui dis : Je vous en prie, asseyez vous.

 C’est tout sourire qu’elle s’assoit, me gratifie d’un « oh merci Madame, c’est adorable ». Mon hochement de tête lui signifie que c’est normal.

Elle pose alors sa main sur son ventre et me sors un « oh, mais vous, vous savez ! » de connivence, prête à partager avec sa nouvelle amie que je suis sa vie utérine.

Pour couper court, je lui balance un : oui je sais, je sais ce qu’est la politesse !.. Me tourne rapidement, lui montrant un dos vexé, et boudant dans mon coin.

Heureusement, je descends à la station suivante : Bonne Nouvelle.

 Si seulement …

Rock and Roll, baby !!

10 Mai

J’aime la musique, j’aime la musique qui bouge, qui fait du bruit,  j’aime bouger sur de la musique en concert.

 Depuis que j’ai de l’argent de poche, je vais voir des groupes en live, m’imprégner des sons, de l’ambiance, me mêler à la foule, j’aime ça, c’est une sorte d’exutoire.

 Pour ça aussi, la PMA a changé la donne..

 Au début de nos essais, j’étais dans la fosse, tranquillement, normale.

 Puis au bout de quelques mois, les calculs de cycles en tête, j’avais l’impression que les vibrations des basses n’étaient pas le top pour une possible nidation… un jour, j’ai même quitté la salle avec des douleurs au ventre.

 J’ai alors arrêté les sets de groupes métal, trop de basses pour mon utérus.

 Puis pour les « gros » concerts, à réserver bien à l’avance, j’avais toujours à la bouche : ah mais si je suis enceinte, je pourrais pas y aller… on achetait donc au dernier moment, plus cher, pour etres surs…

 Et j’ai fais quelques concerts de coté, appuyée contre le mur de l’Olympia, me disant : mais si je suis enceinte, qu’il résiste aux basses, mais qu’on me donne un coup dans le ventre dans les pogos.. pas bon…

 Et je ne vous parle pas des concerts écourtés pour cause de piqures… je pense d’ailleurs que je ferais payer à vie futur bébé de m’avoir fait raté le rappel super intime de M un soir de Juin 2010… de concerts annulés pour cause de douleurs pelviennes… de places non achetées car FIV à venir… ou de concerts finalement assise car plus la force de rester debout (bon ça c’est peut être juste lié à l’âge aussi, oui oui, je vous ai entendus derrière vos écrans 🙂 )

 Mais j’ai décidé de résister !! (un peu, faut pas pousser non plus .. ) : dans 2 jours, on va voir Métallica (pour les 20 ans du black album). Au stade de France . Places assises (je suis faible..) !

Et dans plus de 3 semaines, on va voir les Guns and Roses. A Bercy. Places assises (oui, je sais…)

 Oui c’est régressif, oui c’est « toute ma jeunesse », oui je vais être assise au lieu de sauter partout.

 Oui mais… je vais retrouver mes 15 ans, et l’espace d’un instant ressentir mon insouciance d’alors ! ^^

ah, les joies de l’administration 1

9 Mai

Pour nous accompagner dans notre démarche espagnole, j’ai adhéré à une super association « les enfants kdo ».  J’ai donc reçu mon petit livret d’information, ma carte, qui nous a fait bénéficié d’une remise sympa auprès de notre clinique Madrilène, et un fascicule pour une demande de prise en charge par la sécu.

Je ne le savais pas, mais si on est en 100% stérilité en France, dans des créneaux d’âges semblables aux âges français, et avec une « bonne » raison d’aller voir ailleurs (fiv do et dpi entre autres) ce que la France ne peut nous apporter dans un délai raisonnable, on est en droit de demander une prise en charge partielle des frais et des transports. La loi française et européenne surtout nous y autorisent.

 En gros, pour ma fiv DPI, comme j’ai encore droit à 2 crédits FIV sur mon 100% en France, la sécu pourrait me rembourser à hauteur des frais français, à savoir 1 532€ . Ce qui sur un budget de 9 500€ de frais engagés nous permettrais d’alléger un peu la note .. et idem pour une prise en charge (je ne connais pas le barème pour ça) des billets d’avion et de frais d’hébergement (que nous n’aurons pas).

 J’ai donc bien suivi les conseils de l’assoc’, tout bien rempli, écrit une belle lettre de motivation bien larmoyante, joint les certificats de gynéco1 et du généticien, bref, on a envoyé le recommandé, en croisant les doigts 16 jours, délai légal de réponse, au delà, c’est considéré comme accepté.

 Au 16ème jour, date de retour de notre première visite à la clinique, rien dans la boite aux lettres . On entame alors une petite danse de joie, imaginant quel(s) mobilier(s) pour bébé(s) on pourrait acheter avec ces 1 532€, recomptant nos sous pour éventuellement profiter du bonus embryoscope de la clinique, plus cher, mais qui pourrait donner des chances en plus, bref, on s’y croit à mort !

 

Mais 10 jours après… le drame ..

 

1er courrier de la Sécu : refus total de la prise en charge des frais de  transport

Motif ?  » J’ai bien pris en compte votre demande de prise en charge des frais de transport supérieurs à 150km. Toutefois, considérant que leS structureS de soins en île de France sont suffisanteS pour couvrir vos besoins de soins, je ne peux y donner une suite favorable » .

Mais, Morue (oui, c’est une femme), pour les soins en île de France, il n’y a qu’UN SEUL hôpital qui puisse me recevoir !!! Et que même si je voulais rester en France, le plus proche c’est Strasbourg, à plus de 150km !

 Je me suis fait un malin plaisir de lui rappeler cela dans une belle lettre de réclamation, avec rappel des textes de loi et menace d’attaquer pour non respect de celles-ci (et toc ! )
Non mais sérieux, pour une demande d’agrément d’un couple qui veut adopter à l’étranger,  elle leur répond quoi la Morue ? « je ne peux y donner une suite favorable, vous avez assez d’enfants en île de France à adopter ? »

24 jours après, 2ème courrier de la sécu : refus de prise en charge de soins programmés

Motif ? « certificat médical incomplet ne comporte pas les éléments nécessaires pour apprécier la demande de soins programmés en Espagne »

 Hum… à la sécu  , ya un gang de Morue ou bien??

 Rebelotte, re dossier en recommandé avec tous les éléments complétés, le courrier de Béclère avec la prochaine date de réunion… dans 1 an et demi… petit rappel des risques et frais liés à la translocation (fausses couches, avortements thérapeutiques etc..), et .. re menace de procès… (re toc)

 A se demander si la sécu a bien conscience de ce que veux dire prise en charge à 100%… remarquez on m’a bien dit une fois « ah mais je savais pas que c’est une maladie la stérilité, on en meurt pas pourtant… » mouais… on est mal barrés..