flash back 1

7 Mai

Après 6 mois d’essai bébé infructueux, mon gynéco1 a eu la bonne idée de nous faire faire quelques examens, et il s’est avéré que le spermogramme de chéri2mwa n’était pas bon…

Très vite (enfin tout est relatif en terme de temps en PMA… avec le recul, je me dis qu’on a eu la chance d’être pris en charge tôt, mais sur le moment, cela me paraissait interminable..) il nous a donc expliqué quelles étaient nos possibilités pour « contourner » le problème.

 

Afin de  « gagner » plus de tentatives, gynéco1 nous a proposé de faire les iac dans son cabinet, avec un remboursement sécu classique et prise en charge complémentaire de notre mutuelle.

 

C’est donc le cœur léger et pleins d’espoir que nous avons enchainé les inséminations, avec un gynéco adorable, humain et rigolo :

 

IAC1 : traitement Puregon, iac à J13, 2 follicules à droite => échec

IAC2 : traitement Puregon, iac à J13, 1 follicule à droite, 10.3 millions de zozos => échec

IAC3 : traitement Puregon, iac à J13, 1 follicule à droite,? millions de zozos => échec

IAC4 : traitement Puregon, iac à J12, 1 follicule à gauche, 16 millions de zozos => échec

IAC5 : traitement Puregon, iac à J14, 1 follicule à gauche,? millions de zozos => échec

 

Au dernier échec, il nous a dit que ca ne servait à rien de nous acharner avec les iac, que cela dépassait ses compétences, et qu’il nous orientait donc vers une collègue de l’hôpital, (qu’il avait d’ailleurs consulté pour notre dossier), spécialiste de la PMA.

 

Ce fut un mini choc, car même si on savait que ca ne serait pas facile, le bébé couette était encore bien dans notre esprit, surtout dans celui de l’homme (qui a très mal vécu la réalité des spermogrammes..)

 

RDV a donc été pris en septembre, elle nous refait faire une batterie de tests, et on l’a revu début octobre.

 

Devant les résultats du spermogramme, elle nous apprend que nous avons très peu de probabilité d’avoir une grossesse naturelle, bien moins de 5 % nous dit elle, et qu’on va devoir passer en FIV ICSI directement, notre « seule » chance. Elle nous donne donc le protocole de soins, un protocole long, et nous comprenons le début des incohérences de planning : RDV avec la biologiste et l’anesthésiste, à des dates différentes car ils ne travaillent pas le même jour,  et à des heures dures à combiner avec le boulot.. etc.. etc..

 

On s’est sentis lourds à ce moment la… une chape de plomb sur notre vie, avec un espoir certes, mais groggys par l’annonce..

 

On comprend donc que nous atterrissons de plein pieds en PMA. Ce soir la, un peu tristes, on se rassure en faisant un câlin. Un câlin doux, un câlin d’amoureux qui savent que ces câlins la ne donneront jamais rien… Le seul de ce cycle, car avec mon hystéroscopie qui s’est pas super bien déroulée, mes antibiotiques pour lutter contre ma « mousse », et lui avec sa rage de dent et ses antibios, on est pas au top de notre forme libidoesque !

 

Puis très vite, on trépigne à l’idée de lancer la piqure de décapeptyl, pour attaquer la FIV.

 

J28 se profile, et comme habituellement, faire un test de grossesse déclenche automatiquement mes règles (me demandez pas pourquoi, mais c’est systématique, dans l’heure qui suit ! J ), j’en fait un, pour gagner du temps (oui je sais, c’est débile)… et .. tadaaaaaaaaaaam : positif !!!  On ne veut pas y croire, un seul rapport, sous antibios, meme pas ciblé (enfin à J15 pour des cycles de 28), c’est juste pas possible.

Le soir rebelotte, positif, mais léger…  on y croit toujours pas…. Le lendemain matin.. toujours positif ! je fonce au labo pour une prise de sang… Taux à 31… je fonce chez gygy1, qui m’annonce juste : il se passe quelque chose, c’est super, vous avez la preuve qu’une rencontre est possible mais… attendons de voir l’évolution.

 

On l’a vu… 3 jours après, taux à 16 !…. gygy1 m’annonce qu’une fausse couche est en vue… que dans la semaine, « ça » va sortir..

 

« c’est » donc sorti. J’appelle le centre de PMA pour savoir quelle démarche suivre, est ce que je fais ma piqure ?  est ce que je dois attendre ? .. réponse de gynéco2 : oh mais c’est rien ça, c’est même pas une vraie fausse couche ! attendez vos prochaines règles et on attaque la FIV.

 

Ben n’empêche qu’heureusement que gynéco3 a pris « ça » comme une réalité, car grâce à ses examens « bilan de fausse couche », on peut avancer, on a mit un mot sur notre problème, et je ne suis pas en train de tenter (en vain) une FIV 3 ou 4 avec gynéco2 en épuisant mon corps !

 

 

 

Publicités

2 Réponses to “flash back 1”

  1. danslecululu mai 7, 2012 à 8:50 #

    « C’est même pas une vraie fausse-couche »: nan mais espèce de connard de gynéco2! On en revient encore à leur tact!

  2. Waiting Line mai 8, 2012 à 8:57 #

    C’est qui ce gyneco2 que j’aille jamais le voir.
    En tout cas le fait qu’il y ait eu une rencontre et une accroche moi je trouve que c’est une petite victoire que tu dois garder en tête pour te motiver pour la suite. C’est donc possible, c’est de l’espoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :