Archive | octobre, 2012

Cette fois ci…

23 Oct

… je n’ai pas ouvert pour la 4ème fois cette boite en osier de bienvenue, remplie de petits cadeaux… je n’ai pas amoureusement sortie une couche taille 1 en me disant : OooooHHhhh c’est trop mignoooonnnn, ni même découvert les protèges tétons d’allaitement, collés au biberon Avent offert

… je ne me suis pas sentie pleine de rêve (1ère visite), pleine d’espoir, 2 jour après ma seconde iac (2ème visite), pas vraiment à ma place (3ème visite) au milieu de ces gros bidons, ou autres landaus

… je n’ai pas fait la queue pendant 20 minutes à écouter les bienfaits des crèmes mustella, notamment comment se caresser les mamelons pour éviter les crevasses, avec pour but de repartir avec leur mini pochettes trop mignonne pleine d’échantillons

… je n’ai pas passé 10 minutes à tester les différentes poussettes doubles, au cas où

… je n’ai pas débattu avec la démonstratrice de couches jetables sur les bienfait de cette formule, toute convaincue en sortant du stand, mais prise ensuite par ma réalité de parisienne : pas la place pour un sèche linge…

… je n’ai pas posé mes fesses sur un tabouret en plastic coloré pour assister à un cours de mise en place d’écharpe de portage, ni même fait une sélection mentales des coloris que j’aimerai trop avoir

… je n’ai pas piétiné au stand Pampers pour tester les nouvelles lingettes toutes douces pour les petites fesses, et je ne suis pas repartie avec un sachet d’échantillon de ces tissus tout plein d’aloé vera

… je n’ai pas assisté, émue, à l’atelier « comment bien masser bébé », ni envié ces mamans partageant un moment magique avec leurs petits

… je n’ai pas participé au grand concours « toi aussi gagnes tes faire-parts de naissance »

… je n’ai pas écouté attentivement la jeune hôtesse ventant les mérites de ce petit pot bio (suis sure qu’elle sait même pas ce qu’est la diversité alimentaire..)

… je n’ai pas pris, pleine d’espoir, la liste des réunions leche league la plus proche de chez moi

… je n’ai pas rempli mon sac de magazines tel que « parents », « 9 mois », « enfants » etc.. ni pu éplucher les articles sur « comment être sublime avec ses vergetures », « comment bien vivre avec vos hémorroïdes »

… je n’ai pas (sans réfléchir..) rempli de formulaires, qui depuis 4 ans et même un déménagement, me font reçevoir des pubs « Pampers » « Blédina », « votre enfant a 2 ans, voici une sélection de cadeau » etc.., et qui finissent immanquablement à la poubelle, un pincement au cœur.

Non, cette fois ci, je ne suis pas allée au Salon du Bébé ! (mais ouf… ya une cession de rattrapage en Avril 2013 ..)

Sans famille

18 Oct

Ca y est, c’est décidé, nous passerons par le don d’ovocyte

Après confirmation de notre généticien français que le conseil espagnol était un bon conseil, nous avons décidé de nous lancer dans cette nouvelle aventure.

Ceci dit, ce médecin nous a dit, non sans malice, que ca ne nous coutait rien de passer quand même le casting français pour la fiv dpi.. on ne sait jamais, si la fiv do ne prend pas, hop, une chance supplémentaire ! (bon, il a confirmé que ca serait en 2014 par contre)

Alors, reprise de contact avec la super clinique Ginéfiv (je vous ai dit qu’il nous on remboursé direct les prestations médicales payées mais non effectuées ? Supers réglos ! ) pour connaitre la démarche à suivre.

Mode je me la pète *On* : on a une carte de fidélité chez eux !! Si si, on a droit à 10% de remise car on est déjà clients ! 🙂 Alors, jalouses les filles ? Ca change des cartes de fidélités Leclerc hein ! 😀 (mode je me la pète *Off*)

Donc tout est clair avec eux, échanges de mails pour me rassurer et expliquer le déroulé (par exemple, grâce à notre carte de fidélité, on pourrait ne venir avec les médocs que pour le transfert, pas besoin de faire un aller retour avant, et si il manque des médocs le jour J, on ne paiera que les manquants), et toutes les infos qui vont bien pour le jour du RDV avec super gygy français.

Par contre, je me pose quand même quelques questions, dont je n’ai pas trouvé réponses sur le net… alors j’ai repris contact avec ma psy, délaissée après ma fausse couche. Je me dis qu’un accompagnement émotionnel / de réflexions ne sera peut être pas du luxe.

Je me pose notamment une question bête : est ce qu’il ya des témoignages de couples ayant eu un enfant par don puis un enfant 100% d’eux ensuite. Comment est ce géré ? Je pense avec amour et sans différence, mais est ce vraiment sans différence ?

Et puis, bien que sachant que même en ayant des enfants 100% couple, il ya souvent un sentiment de non ressemblance, ou d’inconnu, je me demande si la question « d’ou viens tu ? qui es tu ? je ne me reconnais pas en toi » est un truc récurent ou si cet enfant tant désiré dans les bras, la question ne se pose jamais.

Bref, rien de bien méchant, juste de l’anticipation (je vous ai dit que j’aime tout « contrôler » ? ..)

En tout cas, on avance.

La psy m’a même rappelé qu’il ya 4 ans, quand j’ai enfin accepté l’idée d’être mère, je m’étais fixée des limites. Des limites de temps d’essai, des limites de choix si on y arrivait pas, les limites d’une femme péremptoire, d’une femme qui n’a aucune conscience de ces 3 lettres : P, M et A.

Mais les limites sont faites pour être déplacées, voir dépassées parfois, quand on y croit ! 😉

Alors, on y croit à cette FIV DO, Rémi !

Ressource

8 Oct

Chère Madame la VIE

Ceci est une petite lettre de réclamation, de mise au point.

Tu n’es pas sans savoir que ma force a pris sa source très tôt, quand mes parents se sont séparés peu de mois après ma naissance.

A ce moment la, j’ai senti instinctivement qu’il fallait être forte, pour moi, pour les autres.

J’ai donc emmagasiné dans mon caractère (non encore exprimé) de la force, et plein de ressources.

Petite, tu sais la Vie, que j’ai du affronter une éducation sévère, musclée. Je n’ai que peu bronché, pleurant un bon coup, me lavant de ces coups, mais relevant la tête vite. Pas le choix. Etre forte

Adolescente, je suis partie, indépendante, pleine de ressources. J’ai su fermer la porte aux rencontres hasardeuses que tu as mis sur ma route, pas folle la guêpe, de la ressource je te dis !

Mais tu as voulu tester mes sentiments, ma carapace.
2 morts violentes coup sur coup, 2 hommes qui m’ont élevé, 2 figures masculines essentielles.

Au premier round, à 22 ans, je n’ai rien dis, rien senti, je devais être forte, pour ma mère, pour la famille. Le poing serré.
Au second round, à 23 ans quand j’ai du aller reconnaitre ce corps, pendu, décomposé, je n’ai pas scillé, pas bronché. J’ai fermé les yeux quelques secondes, serré les dents, mais j’ai puisé la ressource nécessaire dans mes stocks pour avancer, encore.

Tu as bien tenté de me faire céder, handicap de mon frère par ici, maladie et mort de mon cousin par la, autres joyeusetés en tout genre.. sans succès.

Mais j’ai bien compris que depuis 4 ans tu avais trouvé un nouveau joujou : la PMA .

Ben oui, la Vie, je sens bien que tu veux que je craque, qu’en me refusant cette maternité tant désirée, tu penses m’atteindre !

Tu n’as pas totalement tort… J’avoues que ces 8 échecs, et cette fausse couche ont été pour moi des piques au cœur. Des moments intenses de tristesse, de désespoirs, de déstabilisation… Sur le moment, 1 heure, 2 jours maxi. Je pleure, je vide ma source de cet optimisme pollué par le résultat indéniable de l’échec, pour y puiser une nouvelle force, intacte, purifiée, renforcée.

Tu as été maline, perfide. Tu as réussi à me donner un corps fait pour la maternité, un stock ovarien excellent pour mon âge, bref, réussite totale, tout pour que j’y crois. Mais c’était sans compter sur cet échange de chromosomes, que tu as malicieusement opéré lors de mon début de vie.. c’était malin… ca réduit à néant toutes mes capacités.. D’ailleurs, depuis que je t’ai percé à jour, tu m’as fait perdre un sacré nombres d’ovules, tu as bien raison… ca ne sert plus à rien.

Alors je voudrais juste te dire, la Vie, que tu peux t’acharner, tu peux me harceler, tu n’auras pas le dernier mot.

J’ai une ressource énorme, inépuisable, renouvelable à merci. Grace à tes épreuves, je me suis forgé une tenue plus forte que le kevlar : l’optimisme. Cette force qui me permet de trouver toujours le moyen de rebondir, de relever la tête quand je suis acculée, de me relever quand tu m’as écrasée.

La Vie, seule ta sœur ennemi, la Mort, peut me faire vaciller, mais le plus tard possible, ca serait chouette.

Tout ça pour te dire, chère Vie, que tu peux encore me mettre des bâtons dans les roues, mon sourire est la, il t’attend, sans insolence, juste pour te montrer que tu peux toujours essayer, ça glisse.

Et saches en tout cas, concernant ton joujou PMA, que je suis prête à affronter les prochaines étapes, même si tu as décidé de nous punir encore.

Bon, ok, ça serait quand même bien sympathique de ta part de nous lâcher la grappe… Tu veux pas aller voir la bas si j’y suis ? Je sais pas moi, 35 ans à t’amuser avec moi, ça te suffit non ?

Et je te vois venir.. ne me fais pas le coup de me lâcher pour t’agripper à ma descendance, ou à mon mari… j’dis ça car je commence un peu à te connaitre hein.. pas d’entourloupe, ok ? Genre on est quittes, je t’ai montré que je résiste, j’ai été une bonne adversaire, j’ai droit à un peu de répit. Tu vas bien nous trouver quelques dictateurs qui pourront prendre le relais, non ?

Dans cette attente,
Cordialement

Madame Koa