Sans famille

18 Oct

Ca y est, c’est décidé, nous passerons par le don d’ovocyte

Après confirmation de notre généticien français que le conseil espagnol était un bon conseil, nous avons décidé de nous lancer dans cette nouvelle aventure.

Ceci dit, ce médecin nous a dit, non sans malice, que ca ne nous coutait rien de passer quand même le casting français pour la fiv dpi.. on ne sait jamais, si la fiv do ne prend pas, hop, une chance supplémentaire ! (bon, il a confirmé que ca serait en 2014 par contre)

Alors, reprise de contact avec la super clinique Ginéfiv (je vous ai dit qu’il nous on remboursé direct les prestations médicales payées mais non effectuées ? Supers réglos ! ) pour connaitre la démarche à suivre.

Mode je me la pète *On* : on a une carte de fidélité chez eux !! Si si, on a droit à 10% de remise car on est déjà clients ! 🙂 Alors, jalouses les filles ? Ca change des cartes de fidélités Leclerc hein ! 😀 (mode je me la pète *Off*)

Donc tout est clair avec eux, échanges de mails pour me rassurer et expliquer le déroulé (par exemple, grâce à notre carte de fidélité, on pourrait ne venir avec les médocs que pour le transfert, pas besoin de faire un aller retour avant, et si il manque des médocs le jour J, on ne paiera que les manquants), et toutes les infos qui vont bien pour le jour du RDV avec super gygy français.

Par contre, je me pose quand même quelques questions, dont je n’ai pas trouvé réponses sur le net… alors j’ai repris contact avec ma psy, délaissée après ma fausse couche. Je me dis qu’un accompagnement émotionnel / de réflexions ne sera peut être pas du luxe.

Je me pose notamment une question bête : est ce qu’il ya des témoignages de couples ayant eu un enfant par don puis un enfant 100% d’eux ensuite. Comment est ce géré ? Je pense avec amour et sans différence, mais est ce vraiment sans différence ?

Et puis, bien que sachant que même en ayant des enfants 100% couple, il ya souvent un sentiment de non ressemblance, ou d’inconnu, je me demande si la question « d’ou viens tu ? qui es tu ? je ne me reconnais pas en toi » est un truc récurent ou si cet enfant tant désiré dans les bras, la question ne se pose jamais.

Bref, rien de bien méchant, juste de l’anticipation (je vous ai dit que j’aime tout « contrôler » ? ..)

En tout cas, on avance.

La psy m’a même rappelé qu’il ya 4 ans, quand j’ai enfin accepté l’idée d’être mère, je m’étais fixée des limites. Des limites de temps d’essai, des limites de choix si on y arrivait pas, les limites d’une femme péremptoire, d’une femme qui n’a aucune conscience de ces 3 lettres : P, M et A.

Mais les limites sont faites pour être déplacées, voir dépassées parfois, quand on y croit ! 😉

Alors, on y croit à cette FIV DO, Rémi !

Publicités

13 Réponses to “Sans famille”

  1. Banane octobre 18, 2012 à 2:01 #

    Effectivement, jolies questions…
    Je suppose qu’il n’y a aucune « normalité », comme dans toutes les histoires de famille, donc je ne sais pas si les témoignages vous aideraient beaucoup.
    Vos 2 enfants auraient quand même comme point commun d’être nés grâce à la science, avec juste une « matière première » différente… 🙂
    L’accompagnement psy est une bonne idée.

    Vous songer à repartir quand? déjà une date de prévue?

    • bref je suis en pma octobre 27, 2012 à 6:52 #

      On doit faire valider ce choix pas gygy grand ponte en novembre, et je pense qu’on enchaînerait tout ensuite.

      Avec ma dernière fiv ratée et mes cycles incontrôlables, je pense que si tout va bien et si la donneuse est trouvée dans leur temps moyen, fin février début mars, j’ai les pattes écartées pour un transfert 🙂

  2. leonie7513 octobre 18, 2012 à 2:49 #

    Bonjour Madame Koa,
    je découvre ton blog aujourd’hui, et il raisonne étrangement à mes oreilles (et il est génial aussi, merci d’offrir ça !). Je te fais la grâce de toute mon histoire, mais pour poser le contexte, tu dois juste savoir que j’ai un enfant 100% couple comme tu dis, et que ça fait 2 ans que nous ramons en PMA pour lui faire un petit frère ou une petite soeur…
    Nous sommes en train d’en arriver au même stade de réflexion que toi, à savoir : la FIV DO semble être notre dernière option… et toutes les questions que tu te poses, je me les suis posées aussi.
    Voici mes conclusions, qui ne sont bien sûr que les miennes propres :
    – Pas besoin que l’enfant soit 100% biologique pour l’aimer comme une mère, pour moi c’est certain. Le sentir dans son ventre, le regarder dans les yeux après, t’envoie de telles ondes d’amour qu’il pourrait venir de mars, personnellement, ça ne me changerait rien (réflexion spontanée que j’ai eu en tenant mon enfant de quelques mois dans mes bras…). Les enfants sont tous différents, et l’une de leur différence sera leur capital génétique, mais je suis sûre à 99% que ça n’influera pas la « quantité » d’amour que je pourrai leur porter. Ca, c’est le côté parent…
    – En revanche, côté enfant, j’ai l’impression que de ne pas avoir autant de données que son frère sur ses originies biologiques pourrait faire beaucoup de dégât… et si je suis parfaitement honnête, même sans comparer avec un frère ou une soeur, ça doit être très dur à vivre, spécialement à l’adolescence ou quand on devient soi-même parent, de ne pas savoir d’où vient la moitié de son capital génétique, à qui on ressemble, tout vient ce goût pour la musique que personne n’a dans la famille, etc… Encore une fois, c’est mon sentiment personnel qui fait certainement référence à mes propres difficultés identitaires, mais cela vient aussi des nombreux témoignages que j’ai pu lire sur
    http://pmanonyme.asso.fr/.
    En France, le corps médical et les femmes sur les forums n’ont pas l’air de se poser beaucoup de questions, je trouve, face à la question de l’anonymat. En tant que futur parent, on imagine son futur enfant tout bébé, nourri à l’amour et au sein… mais un enfant grandit, et je pense que notre boulot de parent consiste aussi (voire surtout) à tenir compte de son point de vue à lui plus tard, en tant qu’adulte.
    Alors j’ai un peu fouillé sur internet, et j’ai trouvé qu’en Angleterre, on pouvait avoir des dons d’ovocyte pas complètement anonymes. On peut avoir quelques infos sur la donneuse, et surtout l’enfant peut, à sa majorité, demander les coordonnées de la donneuse s’il le souhaite. Les donneuses sont rétribuées depuis la fin 2011, comme en Espagne ou en République Tchèque, ce qui fait qu’il y en a quand même. En revanche, en UK, la Fiv do coute environ 2 fois plus cher qu’en Espagne, dans les 8000€…
    Ces réflexions sont compliquées, douloureuses et peuvent mener à certaines impasses. Je ne voudrais en aucun cas perturber ton processus avec Ginefiv si c’est ce que tu souhaites, mais de toutes évidences tu réfléchis déjà beaucoup toute seule, et il vaut mieux réfléchir avant qu’après…
    A ta disposition pour en reparler si tu le souhaites, et surtout, bravo pour ton blog, ton optimisme, ta force…

    • bref je suis en pma octobre 27, 2012 à 6:58 #

      Merci beaucoup pour ton commentaire, plein de sens
      J’avais déjà posé mes yeux sur ce site, il y’a un moment, et j’en garde la même impression : je pense qu’il est principalement axé sur les enfants qui en souffrent car il défend la levée de l’anonymat.
      Ce qui ne veut pas dire qu’il est représentatif des enfants nés par donneur.

      Je m’explique, je pense qu’une personne qui souffre (quelqu’en soit la raison) aura besoin d’extérioriser et de témoigner sur le net pour se sentir moins seule. (ce que je fais clairement avec ce blog). Alors qu’une personne équilibrée, heureuse et sans soucis n’aura pas ce « besoin » et se manifestera sûrement moins. Je pense donc que cette lecture est baisée.
      Je ne nie pas ces mal être, je les nuances.
      J’ai en plus l’impression que le problème d’identité survient surtout chez les enfants qui ont appris tard la réalité, que sous l’effet de choc, les sentiments sont exacerbés.

      Dans notre cas, nous en parlerons tôt, mais je suis pour l’anonymat. (ceci mériterait un vrai post tant il y a à débattre d’ailleurs 🙂 )

  3. Aude octobre 18, 2012 à 2:58 #

    Tu trouveras des témoignages et réflexions sur http://ombredufiguier.do-forum.com/
    Bonne chance dans ton parcours !

    • bref je suis en pma octobre 27, 2012 à 7:00 #

      Un énorme merci pour ce lien, je m’y suis inscrite et j’avoue que ce forum lève un énorme poids, j’y trouve pleins d’éléments rassurants, de réponses.
      Il est très bien fait

  4. impatiente75 octobre 18, 2012 à 5:15 #

    J’y crois fort pour vous… Ca va le faire … Et tes questions sont normales, et c’est bien que tu cogites à ce propos… Bizzz et plein de bonnes choses pour la suite

  5. Kaymet octobre 18, 2012 à 6:12 #

    J’aime beaucoup l’accueil que propose la clinique en Espagne – en tout cas tel que tu le décris, on ressent beaucoup de chaleur. Alors certes on pourrait se dire ‘oui mais on paie pour ça’… mais est-ce qu’au final elles perçoivent plus d’argent que les cliniques françaises, ou est-ce qu’en France elle perçoivent l’équivalent mais via la sécu et l’Etat? Bref, je dévie un peu du sujet de départ…
    Tes questions sont bien sûr très loin d’être bête! Personnellement, j’ai tendance à penser que ce qui est important c’est qu’il n’y ait pas de secret sur la façon dont les enfants ont été conçus, et que tant qu’ils sauront dès le début que cette différence existe, et qu’elle n’impacte en rien l’amour des parents, ça fera partie de leur vie et de leur histoire point – j’ai l’impression que là où il y a le plus de dégâts, c’est quand la vérité n’est découverte que tardivement, et qu’elle remet en cause les fondamentaux de la vie des enfants. Mais tout ceci n’empêche que ça ne répond pas à toute la problématique qui est bien sûr bien plus compliquée, et que ça n’évite pas des questionnements et des difficultés à certains moments.
    Bises

    • bref je suis en pma octobre 27, 2012 à 7:01 #

      Je suis totalement en phase avec toi, j’ai la même vision : la vérité permet en plus à un enfant d’intégrer son histoire, de ne pas en être traumatisé.

      Rien de pire que les secrets de familles

  6. loosequeen octobre 19, 2012 à 7:09 #

    Ce petit bout qui viendra – je l’espère – sera tout sauf sans famille… Un enfant aussi désiré, il a la meilleure déjà la meilleure ds familles 🙂

  7. Nana octobre 19, 2012 à 11:47 #

    Ben moi en tout cas je dis qu’il y a quand même du positif dans tout ça, ça avance et ça fait plaisir à voir ! Il faut aussi que vous ameniez une donneuse du coup ?

  8. La fille octobre 21, 2012 à 4:32 #

    Le n’aurai pas à me poser la question de la différence de traitement entre un enfant 100% biologique et un enfant issu du don (si j’ai plusieurs enfants, ils seront tous issu d’un don de sperme) mais je pense que si vous en tant que parent, vous en faites pas de différences, ça ira. Il y a beaucoup de famille qui ont des enfants biologiques et des enfants adoptés et ça se passe bien. L’important, c’est d’être honnête avec eux, de ne rien leur cacher.
    Pour ce qui est des interrogations des enfants issus d’un don de gamètes quand à leur donneur(se), on a peu de donner fiable sur le sujet. Ce qu’on sait c’est qu’une partie d’entre eux voudraient connaitre l’identité du donneur mais pas tous. En Suède ou le don n’est plus anonyme depuis 1984, un seul adulte à demandé à avoir l’identité de son donneur. A mon avis, et j’en suis arrivée à ces conclusions on lisant tout ce que j’ai pu trouvé sur la question, le fait de ne pas avoir toujours dit à ces enfants comment ils avaient été conçu est en grande partie à l’origine de leurs interrogations et de leur souffrance. Je pense que la transparence est la meilleure des garanties. Mais peut-être que je me trompe. L’association Adrien et Pauline fait une étude en ce moment sur le sujet.

    • bref je suis en pma octobre 27, 2012 à 7:06 #

      Je vais allez voir cette étude tien.

      Je me pose cette question sur la différence car je suis fille de divorcée avec pleins de demi- frères et sœurs. J’ai souvent eu l’impression d’être traitée différemment par l’homme qui m’a élevée et qui avait ses propres enfants.. Une certains jalousie quoi. Ma psy me dit que je ne dois pas penser en me référant à mon enfance, ce n’est pas comparable car mon père biologique était identifié, et que j’avais donc distinctement 2 hommes pour m’élever.
      Nos enfants n’auront qu’une seule famille et qu’une mère commune.

      Enfin déjà si on a un seule enfant ça sera magique alors avant qu’un autre se pointe…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :