Archive | décembre, 2012

Le syndrome de la Clémentine

31 Déc

Le syndrome de la Clémentine à été trouvé par hasard, lors d’un repas de famille bien arrosé, où lors d’une classique discussion mandarine versus clémentine, l’argument final à été  » La Clémentine à part être mangé, elle ne sera à rien, elle ne peut pas se reproduire, elle a pas de pépins !!  »

Face a cette phrase, et toujours friande d’un bon mot, je fais semblant de tomber en larmes en disant « ouïn, je suis une Clémentine, j’ai pas de pépins, je sers à riennnnnn ». Ça a fait rire, mais jaune sur la fin…. Car finalement, toute blagounette à une part de vérité….

Du coup, ça me trotte dans la tête, et voici la définition de la Clémentine :

Les vergers de clémentiniers purs produisent des fruits sans pépins (c’est un hybride auto-incompatible, autrement dit auto-stérile). La multiplication se fait essentiellement par greffage, car les semis donnent des hybrides éloignés de la variété d’origine. Tous les clémentiniers sont donc des clones, mais l’apparition et la sélection de sports (mutations) ont permis l’obtention de nouvelles variétés.

Je suis donc définitivement une Clémentine, auto-stérile, ayant besoin d’être greffée d’une variété hispanique pour obtenir la suite de ma variété !

Publicités

ah ben euh…. Non….euh…quand même….

11 Déc

Ou comment passer de la joie à la déconfiture

Petit retour en arrière…. Il y’a quelques jours, je vais voir mon généraliste pour avoir les ordonnances nécessaires aux divers prises de sang demandées par la clinique espagnole, ainsi qu’une ordonnance pour mon écho de contrôle de blocage.

Lui, qui précédemment était si enclin à me faire des ordonnances pour la dpi espagnole, me racontant avec connivence le nombre de couples homos qu’il a aidé à aller en belgique, me disant que la PMA est l’avenir des couples, à émis un petit « ah ? », pincé, en apprenant que notre salut était dans la fiv do. D’un coup, agacé de faire les ordonnances, pressé. Je n’ai pas relevé, mauvais timing peut être….

Ce matin, écho de contrôle donc, tout est bloqué. Joie, bonheur, j’ai eu un boum dans le cœur, un sourire immédiat (c’est débile, et c’est fou ce que la PMA modifie l’échelle de nos sentiments…)

Ce soir, je suis donc allée voir mon gyneco français pour la suite, joyeuse et pleine d’un nouvel espoir, pour monter le dossier de prise en charge sécu, et les nouvelles ordonnances.

Pour moi pas de soucis, il rempli tout, signe, me prépare les ordonnances de mes médicaments et de mes échos, et en voyant la liste des médocs pour la donneuse, met la feuille de côté, en disant « ah Ben euh…. non….euh…quand même !….)

Un peu gênée je lui demande si il peut quand même prévoir quelques médicaments…. Avec ma petite voix….. Et il me regarde, limite outré  » ah Ben non !! Quand même !!! »

Déconfite, je n’ai pas insisté…..

Euh c’est moi ou il y’a un problème en France avec le don ? La fiv c’est ok, le dpi c’est ok, le don de sperme, ça passe aussi, mais le don d’ovocyte ?

Non… Quand même….

Edit : voici donc les médicaments dont j’aurai besoin :

– GONAL 1050-f UI/1,75 ml pdre/solv p sol inj (2 boîtes)
– GONAL 450-f UI/0,75 ml pdre/solv p sol inj (1 boîte)
– BLASTOESTIMULINA (2 boîtes – ovules vaginaux) ou POLYGYNAX (2 boîtes – ovules vaginaux).
– AZITROMICINA 500 mg (2 boîtes, 3 comprimés par boîte) ou ZITHROMAX 250 (2 boîtes, 6 comprimés par boîte).