Archive | février, 2013

Bali Balo

28 Fév

Depuis toujours, l’homme et moi adorons les iles.

Ces iles ont marqué notre vie d’avant, et notre vie commune.

L’ile de Groix a été témoin de sa demande en mariage officielle
Les iles éoliennes ont abrité nos premières nuits de jeunes mariés,
Les Maldives ont été le top départ de nos essais bébés,
L’ile de Ré et l’Ile d’Oléron sont mes racines
La Martinique et la Nouvelle Calédonie ses iles d’enfance
Et la Polynésie et ses Iles sous le vent nous a accueillie à bras ouverts lors de nos 2 fuites post échecs PMA en 2010 et en 2011.

Alors, c’est tout naturellement que face à nos 15 jours de vacances en Mai (merci les ponts de cette année :)), la question « On part oùùùùùù ? » a eu pour réponse : Loin ! Mais on se fait quelle ile ?

La réflexion ne fut pas très longue pourtant.

Après un début de recherche du côté des Grenadines, en mode croisière, la perspective de partager 15 jours avec des inconnus en vase clos, et risquer de ne pas accrocher avec eux (ou pire, tomber sur une femme enceinte !! ) a eu raison de ce choix.

Finalement, l’envie de surf et de découverte nous a fait pencher pour Bali !

Bali, que je rêve de visiter depuis des années, qui me fait rêver, saliver.
Bali et sa culture, Bali et son calme, Bali et sa sérénité.

Bali, rien de mieux selon moi pour se ressourcer avant d’attaquer le prochain traitement de Juillet.

Bali et ses massages, Bali et ses surfeurs, Bali et ses plongeurs, Bali et sa roots attitude si on veut à 3€ la nuit, Bali et ses hôtels de luxe si on veut à 200e la nuit.

Et cerise sur le gâteau, un témoin de mariage de chéri y sera peut-être en même temps que nous ! …. Ça tombe bien, pour nos 5 ans de mariage on songeait fortement à renouveler nos vœux à Bali !

Alors on a pris nos billets, on réservera la première nuit d’hôtel, pour s’y échouer et récupérer du voyage, mais ensuite, c’est totale impro.

Une improvisation qui va faire du bien après ces mois de RDV à caser, d’organisation au cordeau pour gérer gynéco / écho / pds / piqures etc etc..
Juste se laisser porter. Se laisser porter par nos envies, le nez au vent, le cœur à l’écoute de la vie locale.

Juste vivre quoi.
15 jours de liberté, pour se recentrer sur nos plaisirs, sur nous 2.
15 jours d’une parenthèse enchantée..

Bon ben il me reste maintenant 2 mois pour l’opération « mon maillot de bain est mon ami »

Dieu est miséricorde

8 Fév

Hier, nous étions convoqués pour une réunion d’information et un entretien pluridisciplinaire pour entrer dans le protocole de FiV DPI (FIV ICSI avec diagnostique pré-implantatoire) à l’hôpital Béclère de Clamart (92)

Ce Rdv faisait suite à une première sélection faite sur dossier en mars 2012, où ma translocation chromosomique réciproque, combinée à mon âge et à nos nombres de tentatives médicales négatives, nous avait placé sur le haut de la pile.

Première réunion avec 7 autres couples venant de la France entière, explication de « mais qu’est ce que donc une fiv  » « mais comment ça se passe donc une fiv » (à ce moment la, on a failli se lever et prendre le relais de la sage femme, en vieux routards de la PMA que nous sommes 🙂 ), et explication plus précise sur les biopsies embryonnaires, leur taux de réussites etc…

Les slides étaient un peu vieillots, et pour ces couples qui visiblement n’y connaissaient rien en PMA, je pense que c’était un peu rapide. Efficace mais rapide.

De toute façon, le petit livret qui nous a été distribué est très clair et bien foutu, car tous les aspects de cet accompagnement médical y sont abordés (impact sur le couple, le boulot, les implications etc..)

Ensuite, entretien privé, nous étions les avants derniers du groupe.

Nous sommes entrés dans une toute petite salle, une brochette de 6 femmes (1 sage femme + 1 gynécologue + 1 généticienne + 2 interne + 1 psy) nous attendait.

Au fond, se tenait Dieu ! Il était assis dans un coin, à envoyer des textos, ou surfer, ou jouer au Scrabble en ligne avec nos députés, un petit bonjour de la tête, puis le nez sur son écran, légèrement détaché,… Dieu quoi

Les premières questions étaient intimidantes face à tout ce monde, mais on a de suite senti de l’empathie, de l’écoute (oula la que ça change de l’hôpital français qu’on avait précédemment essayé !!…), et on s’est finalement vite détendus….

J’ai rapidement posé les « cartes sur tables », en expliquant qu’on avait déjà tenté une fiv dpi en Espagne et qu’on venait d’essuyer un échec de don, histoire de partir sur une bonne base de discussion.

Et la, Dieu s’est arrêté, a levé un sourcil et a avancé son siège…. Le temps s’est arrêté… Enfin non en fait, mais mine de rien, j’en menais pas large…

Le Professeur René Frydman a donc écouté, décortiqué et synthétisé notre dossier.

Il a demandé à chéri de faire une échographie des testicules, a dit que le Fish demandé par l’Espagne ne servirait à rien, nous a vivement conseillé d’aller au bout des options, que certes 100% des embryons biopsiés malades, ça faisait beaucoup sur le lot, mais que le lot était faible et que les prochains seront peut être meilleurs.

Bref, pour faire court : il nous accepte dans le protocole et il nous a donné rdv en juillet pour la première tentative (déjà ! C’est juste magique, nous qui visions 2014, 2015 !!!) .

On aussi eu un mini débat sur le fait que la fiv espagnole nous a été remboursée, ils ont tous vivement réagi en apprenant cela, étonnés (voir même agacés) de voir le décalage entre ce que les lois françaises et les budgets leurs permettent de faire (c’est-à-dire pas grand-chose..) et ce qui est accepté à l’étranger (c’est-à-dire des sommes remboursées quand même conséquentes)

Donc on est pris en charge pendant 36 mois, en France cette fois ci, mais rien n’est joué, ce n’est pas parce qu’on va essayer qu’on va réussir !

Petit état des lieux des % donnés :

Pour 100% au départ d’un essai : 15% arrêterons en cours de parcours, donc 85% seront ponctionnés, 75% auront une ponction opérationnelle. Sur ces 75%, 57% des embryons seront biopsiables et sur les restants, 30% de début de grossesses, mais avec toujours le spectre des 20 % de fausses couches.

Bref, va falloir que la chcoumoune nous quitte parce que jusqu’à présent, même avec des taux de réussite au top niveau, ben ça veut pas marcher …

Mais dans 2 jours c’est le nouvel an chinois, on va passer à l’année du serpent, qui sera NOTRE année. J’ai de bons espoirs pour ce changement de cycle !

un pas en avant, 2 pas en arrière

6 Fév

Eh bien non, la 10ème tentative, c’est pas encore pour tout de suite !!!

Alors que j’avais déjà la tête dans la prochaine tentative de FIV do, pour oublier ce nouvel échec cuisant, et que je guettais avec impatience une réponse de la clinique, je me suis pris une jolie claque.

« Après avoir vu votre dossier médicale, la gynécologue trouve convenant de faire l’examen du FISH à Monsieur à cause du taux de fécondation faible.

La fragmentation d’ADN pour les spermatozoïdes est normale mais elle voudrait savoir un plus sur la génétique.
L’examen demandé est le FISH sur les spermatozoïdes: étude génétique des chromosomes X, Y, 13, 18 et 21.

En fonction du résultat, elle pourrait mieux vous orienter vers la suite »

Voila voila ….

Une koa avec des chromosomes échangistes et un koala avec des spermatozoïdes vraiment pourris (en fait pour la FIV don, ils avaient fait directement une IMSI !.. on voit le résultat..)… ya pas à dire, on est pas prêts de les avoirs nos koa-lardons ..

Quand je vous dis que Février c’est vraiment pas pour nous ! …

50 et 10

5 Fév

50 car aujourd’hui je poste mon 50eme billet.

J’aurai préféré des cotillons, des trompettes sonnantes, des langues de belles mères et des chapeaux pointus pour cette occasion. Que nenni, woualou, quetchi

Février, ça pue du cul !!
En février 2009, mon Gynéco m’annonçait qu’on allait faire des tests, pour débuter tôt les essais médicaux, si un problème se présentait (merci à lui, il a eu le nez creux …).
Février 2010, 1ère IAC, résultat négatif le jour de l’anniversaire de Monsieur.
Février 2011, 1ère FIV ICSI, résultat négatif
Février 2012, j’apprenais le jour de mes 35 ans que mes chromosomes sont anarchistes, et que c’est la génétique qui me rend stérile.
Février 2013, 1ère FIV Do, game over.
Février, ça craint du boudin (oui, je suis un poil régressive quand je suis aigrie)

Et 10 parce que nous voilà donc en bas des marches de notre 10eme tentative pour avoir cet enfant (je vais finir par croire que j’ai plus de chance de croiser une licorne dans les bois de Brocéliande que de bercer notre enfant…)

Mon père qui s’est pendu un 1er avril ( ça c’est pour mes « points La Fille » 😉 ) en plus de nous laisser en héritages ses gènes pourris nous a aussi laissé un petit bas de laine. Grâce a lui, nous allons pouvoir repayer la clinique. C’est vrai à près tout cet argent on en a pas besoin, c’est tellement surfait d’être propriétaire, non ? … Et puis quitte à finir notre vie sans enfants, à quoi nous servirait cet argent.

Je vous ai dis qu’à l’heure où je vous écrit, ce « caprice », comme diraient les gentils gens de Civitas, nous a couté précisément 17 762.37€ depuis 2008? Plus d’un SMIC annuel ?! ?
Bon ok, la sécu va peut être nous rembourser 1 300€, mais vu les nouveaux débats sur la PMA, c’est même plus sur..

Ceci dit, on a quand même cette chance de pouvoir encore choisir, et de ne pas être coincés par des raisons purement matérielles. C’est une grande légèreté dans notre malheur, nous ne sommes pas que tributaires des organismes français, on PEUT choisir de continuer, de stopper, d’attendre, bref, ce choix est une liberté qu’on doit savourer.

Alors à nous le 10ème essai, le 10ème espoir….

Et au pire, il nous reste toujours une option pour la DPI en France, on rencontre Dieu jeudi pour le casting 🙂