Le pire est à venir

11 Fév

Début Juillet 2011, une collègue dont je suis très proche (au sens proximité physique et affective) m’a annoncé sa grossesse. Le lendemain de mon échec de Fiv 2. Le jour où j’aurais dû accoucher si je n’avais pas eu de fausse couche quelques mois avant.

Ça a été un cataclysme. Je travaille dans une petite boite avec pas mal de femmes, cela me pendait au nez, mais… pas à ce moment-là. Pas elle.

J’ai voulu partir, changer de boite, la fuir.. Mais mon boss a su m’écouter, trouver des solutions. Et surtout, elle a su ne pas trop m’imposer son bidon. Ces mois ont été très durs pour moi, mais la souffrance a pris fin à son accouchement. Le jour de l’anniversaire de mon mari.

J’ai culpabilisé longtemps à cause de cette satanée ambiguïté : heureuse pour elle, mais tellement triste pour moi. J’ai eu la sensation que face à mon désarroi, elle s’est bridée et j’ai l’impression de lui avoir « volé » les beaux moments de sa grossesse.

Vous me voyez venir, non ???

Miss sera la grossesse N° 82 de notre entourage depuis nos essais.

Ce matin elle m’a confirmé sa nouvelle grossesse « Je ne peux rien te cacher, je sais que tu sais ». Oui je sais, mais parfois, les réponses font plus mal que le doute.

Ainsi donc pile poil 2 mois après ma grossesse avortée, elle tombe enceinte. En C1.

Je pensais être doucement en train de faire le deuil d’un enfant que l’on aura surement jamais, passer devant des écoles ne me faisait plus rien, voir des femmes enceintes dans le métro m’était égal, je pensais gérer plutôt bien la perte de mon « espoir de bébé ».

Jusqu’à ce matin.

Je vais devoir assister impuissante à son ventre qui s’arrondit quand le mien va devoir subir un curetage pour enlever les derniers débris de cet « espoir de bébé ».

Je vais devoir supporter le bonheur épanoui quand je suis rongée de l’intérieur par le désespoir.

Je vais devoir gérer son remplacement quand elle partira en congé mater, peu de temps après la date où moi j’aurais dû partir.

Je vais devoir jouer Poker face quand mes collègues ne pourront, une fois de plus, pas comprendre la tempête intérieure qui m’anime.

Mais je pense que le pire est à venir.. la projection va être totale, je vais avoir mal, très mal.

Publicités

9 Réponses to “Le pire est à venir”

  1. Petit miracle février 11, 2014 à 1:19 #

    Chère auteur de ce blog, je ne vous connais pas, mais à chaque fois que je vous lis, j’ai l’impression de revivre des moments très douloureux de ma propre histoire. Ces annonces de grossesses par les collègues, les amies, les cousines, les soeurs, la sueur froide, le coup dans le coeur et la pensée entièrement concentrée sur « pourvu que j’arrive à ne pas me décomposer, non je n’éclate pas en sanglots, serre les dents ». Et tous ces gens qui ne comprennent pas que non, c’est pas que vous n’êtes pas content pour eux mais que c’est juste que tout ces ventres ronds affichés fièrement (comme si il y avait une fierté à en tirer), ça vous rappelle que vous, peut-être vous ne connaîtrez pas ce bonheur et c’est proprement insupportable. Entre les dates anniversaires et les épidémies de grossesses, sans compter le manque de tact hallucinant de certaines et certains, on se dit que ça finira par passer, mais ça ne passe pas. Je n’ai certainement pas les mots pour soulager votre peine et je ne suis même pas sûre qu’il en existe, mais ne perdez pas espoir. Même si vous n’y croyez plus, même si vous êtes toujours du mauvais côté de la statistique, il y a un jour où la roue tourne (il a fallu dans mon cas attendre trois dons, cinq transferts, un traitement supplémentaire pour une pathologie de sperme non décélée, et oui, après cinq ans… et un gouffre dans le compte en banque). Le pire n’est pas toujours à venir : un jour vous savourez le meilleur, avec d’autant plus de gourmandise que vous en connaîtrez le prix.

  2. Bounty Caramel février 11, 2014 à 2:13 #

    Je suis désolée que ces dates coïncide de la sorte. J’ai eu le coup avec un collègue, à un mois près, c’est un peu différend, mais pourquoi tout va bien pour elle ? et le vide ici ?
    Je suis dans ton option « survie par la fuite »… le temps nous dira comment on survi réellement à tout cela.
    Je souhaite énormément de courage, et beaucoup de protection.
    des bises

  3. mimi64 février 11, 2014 à 2:16 #

    Salut,
    Je viens de lire ce que tu écris et je reconnais bien ton abattement.
    Avec mon chéri nous avons décidé de concrétiser notre amour par un bébé en mai 2010.
    Mai 2011: toujours rien
    Je vais voir ma gygy qui me dit que c’est dans ma tête.
    Mai 2012: la je commence à croire soit que j ai un problème psychologique grave soit qu’il y a un truc qui cloche.
    Je fais du forcing, ma gygy me prescrit une hystero, tout est ok. Puis une écho et on me trouve une endometriose côté gauche. Rien de méchant soit disant
    Mon chéri lui est ok

    juillet 2012: a bout de nerf je vais voir mon médecin traitant qui me prend rdv chez « the » spécialiste de la Pla.
    J’enchaîne les tests, tout roule…
    Il hésite a me faire enlever mon endometriose et me fait faire 4 stim
    Nouvel échec

    Mars 2013:
    Je me fais opérer. Je n aurais jamais pu tomber enceinte car en plus de l endometriose sur l’ovaire gauche, j avais une adhérence sur la trompe droite datant de mon opération de l appendicite.
    Ça c’est le poisse.
    Comment perdre 3ans……

    Avril2013: début des lac
    Iac1 échec
    Iac 2 +++++
    Le bonheur pile poil pour mes 31 ans

    Juin2013:
    Écho de contrôle, pas normal
    Fausse couche+curetage
    J’ai eu un truc super rare…..non sans blague c’est con…(c’est ironique)
    La molle partielle ou le chromosome qui se fait la malle du placenta.

    Depuis novembre 2013: reprise lac.
    Aujourd’hui j’en suis a ma 5eme, je dois avoir mes règles demain et je sais que je les aurait.

    Je vais avoir 32ans, et cette histoire commence à m’agacer serieusement.
    Marre d’avoir des trucs rares
    Marre de pas avoir de chance
    Marre qu’on me demande quand je vais me décider a procréer.
    Marre de toutes celles qui tombent enceinte.
    Tu vois je pense être bien placée pour te comprendre.

    Que la force soit avec nous.
    Que 2014 aboutisse où je lance une rébellion 😉

  4. damelapin février 11, 2014 à 2:56 #

    Je trouve que les claques quand on pensait enfin s’en sortir soont encore plus dures que celles intervenant dès le lendemain d’un coup dur. On pense que ça yest, la tête est hors de l’eau. Et là une main invisible la pousse sous l’eau. Ayant aussi connu les annonces de grossesse parfois même 2h après que sur mon écran s’était affiché <1ui, je sais combien c'est dur. Je ne peux que comprendre, être là pour toi si besoin, et te faire des bisous/câlins de réconfort.

  5. mamanfwoggie février 11, 2014 à 6:02 #

    totalement d’accord avec tout ce qui a été dit précédemment. Pareil ici aussi, les femmes tombent enceintes comme des mouches autour de moi, leur 2e, 3e et tout se passe toujours bien pour elles. C’est usant, frustrant, démoralisant mais voilà, faut vivre avec. Comme tout. et pour « vivre » avec, ben on fait comme on peut et des fois, on y arrive pas.
    Je ne me sens plus coupable, seules les femmes traversant ces épreuves peuvent comprendre. Les autres ne pourront jamais, ça aussi faut vivre avec…
    désolée, je ne suis pas très « motivante »…mais faut s’accrocher. ça ne peut pas être toujours les mêmes tout le temps, nan? bises et take care !

  6. lamisskangourou février 11, 2014 à 8:06 #

    Une amie a moi n’a pas pu s’empêcher de me donner des nouvelles de la grossesse de sa copine, et ce malgré nos DPA identiques et ma fausse couche encore fraîche dans ma tête. Je n’ai jamais su lui dire le mal que cela me faisait, peur de passer pour un monstre d’égocentrisme. Ce qui est stupide de ma part je pense. Je suis tellement désolée que tu sois encore en galère avec ce début de grossesse qui ne t’a pas apporté le bonheur tant attendu, et bien pire encore.
    Je t’embrasse très fort.
    Fais attention à toi surtout

  7. Dudu février 15, 2014 à 2:56 #

    Je l’ai vécu.
    Elle s’est mariée après moi, mais ne voulait pas de bebe tout de suite.
    On forme un binôme au travail.
    Avec mon mari on essayé depuis 6 ans et on c’était compliqué.
    Un jour en la regardant , quelque chose avait changé chez elle et je lui ai demandé si elle était enceinte.
    Elle m’a répondu oui, elle venait de faire le test.
    C’est arrivé sans qu’elle le veuille en prenant la pilule ( J y crois pas c’est impossible dans mon monde ça!!!)
    J’ai été anéantie triste et au fond du gouffre !
    La voir tout les jour se réjouir, faire des projets, me dire ça viendra pour toi aussi …
    Et un jour elle m’a telephone en pleure
    Elle avait fait une écho a 10 sa
    Pas d’activité cardiaque.
    J’étais d’abord soulagée pour moi avant d’être triste pour elle.
    Je m’en suis voulu et j ‘ ai culpabilisé, et je me suis dit que j’avais tellement souhaité ça que ça a fini par arriver.
    Alors je te souhaite d’être la plus forte possible
    Bon courage
    Un jour ça viendra pour toi aussi

  8. Mon petit trésor février 21, 2014 à 11:18 #

    ca m’a fait mal cette douleur, j’en ai des souvenirs de similaires. Et il n’y a pas grand chose à faire. Essayer de se protéger au maximum, surtout ne pas culpabiliser de ses ressentis… Pense à toi avant tout. Baisers

  9. Nana mai 20, 2014 à 4:40 #

    Pareil pour moi mais là elle est partie en congé mater coool! je v pouvoir souffler et m’asseoir sur son tabouret (je bosse debout) qd je fais des bouffées de chaleur et des nausées avt de faire ma fc médicamenteuse ds les semaines qui suivent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :