Archive | novembre, 2014

Donne médicaments

7 Nov

Tout d’abord, je voulais toutes vous remercier pour vos petits mots adorables, ça fait chaud au cœur ! 🙂

Première étape d’une nouvelle vie: on vire tous les médocs et tout ce qui visuellement rappel cette fuc*** PMA

Voila donc ce qu’il me reste :

A vendre :
— Conceptio femme : reste 24 gélules jour + 28 gélules soir : 10e + frais de port

A donner, mais frais de port à votre charge :
— 1 plaquette de pilule Minidril : expire 12/2016
— 1 plaquette de Convuline (générique de Jasmin) : expire 01/2015
— 2 plaquettes complètes + 24 comprimés Progynova : expire 08/2016
— 6 patch Vivelledot 75 mg : expire 04/2015
— 1 boite complète + 11 comprimés Provames 2mg : expire 05/2016
— 3 boites Progesterone biogaran 200mg : expire 02/2016
— 4 boites Progesterone biogaran 200mg : expire 12/2016
— 1 puregon pen
— lot d’aiguille et de seringue (pour mélange Ménopur)

Donc, si quelque chose vous intéresse, n’hésitez pas à de me dire quoi dans un commentaire, j’aurais alors votre mail dans mon interface et vous contacterais pour les modalités d’envoi.

Merci ! 🙂

Chacun sa route, chacun son chemin..

1 Nov

Nous voila au bout du chemin.

Cette 12 eme tentative, la der des der est encore négative.

Sans surprise, sans vraiment de tristesse, il fallait la faire et voir, pour passer à autre chose… Nous avons vu.. Ou plutot, nous n’avons rien vu d’autre qu’un zéro et qu’une barre solitaire sur un test de grossesse.

Alors ça y est, c’est ça ce drôle de sentiment… C’est la fin… Notre rupture avec la PMA après presque 7 ans d’essais bébé ? Nous sommes au pas de la porte « d’une vie sans enfant », il faut oser la pousser, et franchir ce pas.

Il va falloir se trouver une autre « obsession » pour remplir mon cerveau, mon coeur et ma chaire. Me désintoxiquer de ces 6 dernières années de vie totalement vampirisées par les Rdv médicaux, les piqures, les attentes du j1 puis les attentes du 14dpo. Ces 6 années où chaque décision de déplacement, d’engagement n’est régit que par mes cycles, et les éternels « ah mais a ce moment la on sera en plein traitement / je serais peut etre enceinte »

Il va falloir m’occuper pour ne pas penser à ce vide.

Il va falloir faire le deuil de cet enfant, de ce petit G*aspard ou cette petite I*saure, qui ne verront jamais le jour. Mais comment faire le deuil d’une idée ? Comment réinventer sa vie quand elle a été uniquement portée par un seul espoir : celui d’agrandir la famille ?

Comment « juste » continuer sa vie comme elle est, à 2 ?

Nous allons devoir re apprivoiser nos corps, réapprendre une sensualité oubliée la où la médecine n’a laissé qu’une sexualité reproductive, une sexualité de j14, espérant au creux de nos ventres faire partie de ces « miracles » dont on entend si souvent parler…

Il a falloir être à l’écoute l’un de l’autre, ne pas se perdre, ne pas se perdre de vue, car notre duo est la chose la plus précieuse. Il ne faudrait pas qu’une langueur vienne perfidement nous détruire, que des non dits prennent place au milieu de notre lit et nous éloigne petit à petit. Il va falloir ne pas fuir, ne pas regretter ce choix de tout arrêter, ne plus jamais y croire « sur un malentendu » intégrer que non, je ne serais jamais mère, non, il ne sera jamais père…

Mais cette nouvelle vie ne me parait objectivement pas si insurmontable, j’étais déjà au poste frontière depuis quelques mois, prête à présenter mon passeport pour ce « nouveau » monde finalement accepté de nullipare . Il ne me manquait que la main de mon mari pour me suivre, et le mot de la fin : bhcg négatif.