Archive | SAV de la pma RSS feed for this section

Tout ça pour ça

23 Fév

Petite rétrospective de cette semaine, qui encore une fois ne mettra pas Février sur le podium de mes mois préférés…

Lundi 17 : rdv avec le chirurgien pour caler l’opération de l’ablation du reste de l’oeuf et des muqueuses qui trainent. J’ai changé d’hôpital, je suis cette fois ci a Foch. Bonne équipe, très sympa, à l’heure… Bref, j’expose mon cas, montre les photos de l’hystéroscopie de janvier, et il me dit « on va quand même faire une écho, ça serait dommage de vous opérer pour rien… Car peut être que tout est parti avec vos dernières règles » (tu veux parler du sang qui coule non stop depuis 3 mois ? Dur de définir les règles la dedans…)

Il me trouve une écho de libre, valide a l’écran qu’il ya bien encore ce « truc », en me confirmant un très bel endomètre et une belle réserve ovarienne (donc pour la Xième fois j’entend « ah mais tout va très bien !! C’est étonnant que ça ne fonctionne pas… » oui, je sais merci, l’usine est nickel, c’est la production qui est merdique…. Comme si je sortais des sacs de contrefaçons, mais dans l’usine Vuitton… )

Bref, il valide l’opération pour le mardi 25, réserve mon rdv avec l’anesthésiste le lendemain. Merci-aurevoir.

Mardi 18 : rdv anesthésiste, j’insiste bien sur mes malaises récurrents après réveil, elle le note, me rassure. Rapide mais efficace

Mercredi 19 : appel du secrétariat gynéco : une place s’est libérée, ils veulent avancer mon opération. Branles-bas de combat, je gère à l’arrache mes derniers dossiers, file me faire épiler, m’organise au mieux pour mes 2 jours d’absence.

Jeudi 20 : arrivée a 7h30 a jeun « oh mais vous êtes en avance, l’opération est a 11h30 » (arg, j’ai déjà faim !!!). Finalement je descend au bloc a 10h30.

Bonne organisation, je rentre au bloc sous une couverture chauffante (jamais vu ça 🙂 ) , l’anesthésie se met en place, bref, je plonge dans le sommeil…. Pour être réveillée brutalement, toujours au bloc. Le médecin me parle, je lui répond, je me rendors et on me transfert en salle de réveil.
Je ne me souviens pas trop de la discussion, j’ai un vague souvenir d’avoir entendu « il n’y a plus rien » je suppose donc que l’opération a réussi. Je passe par plusieurs phase de dodo/réveil.

Puis arrive l’interne, qui me débrief et me balance : en fait, on est rentré avec la caméra, mais il n’y avait plus rien dans votre utérus. Plus de rétention, plus de muqueuse. – Quoi ? Mais l’écho a confirmé, non ? – oui, ce n’était pas très clair…- j’ai donc eu l’opération pour rien ?! ? – pas vraiment pour rien, vous aurez eu une hystéroscopie… Sous AG.

Donc je résume : une anesthésie générale (alors que je la supporte mal) pour rien, un lit occupé une journée et payé par la sécu pour rien, une équipe médicale au complet mobilisée pour rien, 2 jours d’arrêts maladie, donc 2 jours de salaires en moins pour rien. Alors que le gynéco a insisté pour vérifier d’abord par écho.Tout ça pour ça.

Bon, c’est sur que je préfère une opération pour rien à une opération avec complications mais quand même…. Encore un coup de ma marraine la poisse, bienvenues dans ma vie de merde.

Publicités

Le pire est à venir

11 Fév

Début Juillet 2011, une collègue dont je suis très proche (au sens proximité physique et affective) m’a annoncé sa grossesse. Le lendemain de mon échec de Fiv 2. Le jour où j’aurais dû accoucher si je n’avais pas eu de fausse couche quelques mois avant.

Ça a été un cataclysme. Je travaille dans une petite boite avec pas mal de femmes, cela me pendait au nez, mais… pas à ce moment-là. Pas elle.

J’ai voulu partir, changer de boite, la fuir.. Mais mon boss a su m’écouter, trouver des solutions. Et surtout, elle a su ne pas trop m’imposer son bidon. Ces mois ont été très durs pour moi, mais la souffrance a pris fin à son accouchement. Le jour de l’anniversaire de mon mari.

J’ai culpabilisé longtemps à cause de cette satanée ambiguïté : heureuse pour elle, mais tellement triste pour moi. J’ai eu la sensation que face à mon désarroi, elle s’est bridée et j’ai l’impression de lui avoir « volé » les beaux moments de sa grossesse.

Vous me voyez venir, non ???

Miss sera la grossesse N° 82 de notre entourage depuis nos essais.

Ce matin elle m’a confirmé sa nouvelle grossesse « Je ne peux rien te cacher, je sais que tu sais ». Oui je sais, mais parfois, les réponses font plus mal que le doute.

Ainsi donc pile poil 2 mois après ma grossesse avortée, elle tombe enceinte. En C1.

Je pensais être doucement en train de faire le deuil d’un enfant que l’on aura surement jamais, passer devant des écoles ne me faisait plus rien, voir des femmes enceintes dans le métro m’était égal, je pensais gérer plutôt bien la perte de mon « espoir de bébé ».

Jusqu’à ce matin.

Je vais devoir assister impuissante à son ventre qui s’arrondit quand le mien va devoir subir un curetage pour enlever les derniers débris de cet « espoir de bébé ».

Je vais devoir supporter le bonheur épanoui quand je suis rongée de l’intérieur par le désespoir.

Je vais devoir gérer son remplacement quand elle partira en congé mater, peu de temps après la date où moi j’aurais dû partir.

Je vais devoir jouer Poker face quand mes collègues ne pourront, une fois de plus, pas comprendre la tempête intérieure qui m’anime.

Mais je pense que le pire est à venir.. la projection va être totale, je vais avoir mal, très mal.

Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout, les malchanceux, ceux à qui tout arrive

28 Jan

La Malchance est la bonne fée qui s’est penchée sur mon berceau à ma naissance.

Une marraine un peu envahissante, collante, et toujours là pour regarder derrière mon dos, guettant le moindre moment où elle pourrait intervenir.

Oh, rien de grave, pas d’accidents majeurs, pas de coups de grâce, juste là, éternellement là, à mes côtés.

On avait cru (bien naïfs !!) que cette tentative heureuse (la 11ème tout de même, la patience est mère de toutes les vertus, dit l’adage) la ferait partir un peu, cette poisse.
Bon ben non, en fait, la grossesse s’est arrêtée. Œuf clair, ça arrive parfois, c’est pas si courant, c’est pas de chance il parait (ah ah ben oui, encore un coup de ma marraine, merci marraine..).

Normalement, à mon stade de grossesse une bonne cure de cytotec et zou, on en parle plus !

Alors, je l’ai bien sentie la cure, j’ai bien expulsé des morceaux et des morceaux, j’ai bien perdu tout plein de sang. Mais non. Tel un chewing gum collé à ma semelle, il restait des bouts accrochés. Hop, retour à la case cytotec, c’est pas de chance quand même (dixit l’échographe)

1 mois après, enfin, la place rouge était vide (devant moi marchait Nathalie.. si ça se trouve, c’est le ptit nom de la fée maléfique..).

1 mois encore après, alors que nous nous apprêtions à rompre avec Béclère (oui nous on est des fous, Dieu nous veut dans son protocole DPI ? Et bien nous on fronce du nez, en disant « finalement, non merci »), un petit examen de routine après fausse couche (on a crié hystéroscopie en fond de salle ? Bonne réponse ! ) nous a montré qu’en 2014, la fée malchance nous surveille encore.

Alors que j’étais à 2 doigts de défaillir pendant l’hystéro mon mari a eu la chance de découvrir des endroits insoupçonnés de mon corps. Sauf qu’au lieu de découvrir un utérus tout beau tout lisse, il a eu des surprises.

Oui, cette fuc**ing marraine nous a fait un joli petit cadeau : une petite rétention de l’œuf et de la muqueuse qui se ballade.

C’est rare parait-il après 2 cures, pas de bol hein ! Merci marraine !

Alors l’état des lieux n’étant pas bon, qui c’est qui va devoir passer sur le billard ? C’est bibi !!

Cela fait 15 jours que je dois prendre RDV… mais pas envie, ras le pompon des demi- journées à poser pour : 1 – prendre RDV avec le chir’ / 2 – prendre RDV avec l’anesthésiste (oui opération sous AG..) / 3 – se faire charcuter

Alors oui, après ça j’aurais une magnifique piste d’atterrissage pour nos 2 embryons vitrifiés.. oui cette fois ci sera de fait peut etre la bonne…

Mais…

Mais je la sens toujours là, cette marraine la poisse, cette chape de malchance qui me colle et ne me quitte plus.

Les urgences – 6 SA + 1 ou 4 jours (selon le transfert ou pas)

19 Nov

La semaine dernière, RDV avec mon gyneco « de quartier » qui me confirme un joli début de grossesse et me donne l’ordonnance pour l’échographie, prévue le 25/11

Vendredi dernier, prise de sang pour vérifier la toxo… A ben tiens, un petit bhcg au passage ça ne fait pas de mal non ? Donc verdict : pas immunisée contre la toxo (merdum) et un joli 5 031 qui me rassures un peu (ben oui cette pétasse de Claire le matin même m’annonçait sur son joli bâton blanc et bleu « enceinte 2-3 semaines », alors que je suis à plus…

Et ce matin…. Ah ce matin….

Arrivée au bureau tant bien que mal (j’en peux plus de ces mélanges d’odeurs qui puent du métro!!), sonne l’heure des « doigts dans la chatte » ou autrement appelé mise en place de l’utrogestan-mon-ami.

Mon protège slip est marron. De grosses taches rouge-marron, idem en m’essuyant. De gros paquets marronnasses paquet because utro)

Je rejoins mon poste de travail un peu nerveuse… Et grosses crampes au ventre. Des crampes qui me rappellent quelque chose…

Je file aux urgences les plus proches (enfin avec le moins de stations de métro…) direction l’hôtel Dieu.

Très bien reçue, efficace. Un jeune externe (d’au moins 19 ans et 8 mois) me questionne, m’ausculte (paie ta foufoune remplie de bouloches de progestérone ! Le petiot il va être calmé pour un moment je pense) et me pose cette dernière question, sublime : mais vous avez pas toussé genre toussé super super fort récemment ? Euh non…..

Son interne vient finir l’examen et me dis qu’ils n’ont pas de gynéco ici, et que comme il y a suspicion de fausse couche (non ? Sans blague…) on m’envoi en ambulance à l’hôpital d’à coté.

J’ai poireauté 3 heure dans le couloir sur un brancard, avec une perf fermée (oupppssss, désolée madame ! ) puis sont arrivés les ambulanciers, supers sympa.

On arrive aux urgences maternité, sorti de l’ascenseur une banderole « sages femmes en grève!! » Alors, même si je partage leur lutte, ben ça fait bizarre…
Puis on me fout dans un coin, le nez sur « laboratoire d’aide médicale à la procréation » mouais….. Comment te dire que j’y ait vu comme un signe de « hello, te revoila toi ? »

Re examen, une externe qu’au moins 21 ans cette fois ci, qui était complètement paumée dans mon parcours PMA (normal…)
Elle le donne les taux de bhcg de ce matin : 12 861. Elle me dit que c’est ok depuis vendredi. Soit

Puis échographie, la première du coup.

Il y a 1 sac embryonnaire, mais sans embryon. Ce qui n’est pas anormal vu les taux et la période de la grossesse. Mais qui ne permet pas non plus d’exclure un problème. Même pas d’exclure une GUE, mais je ne vois pas bien en quoi… Je ne connais pas la taille du sac pour me faire une idée, je sais juste qu’elle ne peut pas engager d’avis pour le moment. Je l’ai trouvée très réservée… Mais c’est peut être le métier qui veut ça ?

Je dois donc y retourner jeudi matin, pour une nouvelle prise de sang et une nouvelle écho. Selon les références prises ce jour ils pourront alors plus se prononcer.

Voila, mon spasfon, mon fond de culotte marron et moi même attendons donc sagement jeudi matin.

Mon mari veut que je me mette en arrêt maladie… Mais ça me gave de courir encore les RDV médecin…

Je veux juste savoir si ces crampes, que j’ai bien reconnues, sont mauvais signe ou pas, et si je dois me préparer à une expulsion prochaine. Mais je ne veux pas d’expulsion, c’est la trêve hivernale !!

Edit : ça y est, en arrêt jusqu’a vendredi inclus, alitée meme. Le médecin était choquée que l’hôpital ne m’en ait pas donné.

Elle me dit aussi (et cela confirme ce que j’ai vu sur le net) qu’a 6sa… On devrait au moins voir la vésicule vitelline… Mais à voir demain et lundi…

la PMA en chiffres – notre bilan

7 Nov

Toi qui me lis, tombé ( e ) sur mon blog par hasard, arrivé( e ) là avec une recherche précise en PMA, trouve sur cet article des chiffres, des infos qui pourront peut – être t’aider.

Ces chiffres vont surement te faire peur, t’horrifier, te faire pleurer d’angoisse.. oui peut être… Mais ces chiffres sont aussi la preuve que la patience paye (le plus souvent) et qu’il faut en chier (très souvent) pour arriver à ses fins.

En l’occurrence « arriver à ma fin » était un début de grossesse en bonne voie. Juste cela.

Car non, je ne suis pas sortie de l’auberge, non rien n’est gagné, mais oui oui, enfin la PMA a réussi pour nous, je suis enceinte (pour le moment…) !

Alors voici nos chiffres, notre bilan PMA.

• Temps d’attente : 4 ans et 11 mois. Bon c’est vrai que j’ai tendance à dire 5 ans… je gratte 1 mois mais au moins, ça arrondi ! 😀

• Jours d’attente : 1 802

• Nombre de cycles d’attente : 58

Pour moi :
• Nombre de tentatives médicales :
5 inséminations IAC + 2 FIV ICSI = 2 transferts + 2 FIV DPI (1 en France + 1 en Espagne) = 0 transferts + 2 FIV don d’ovocytes (en Espagne) = 2 transferts

• Nombre de prises de Sang : 79
• Nombre d’échographies : 46
• Nombre d’IRM : 1
• Nombre de radio des trompes : 1
• Nombre d’hystéroscopies : 2
• Nombre de test de Hunner : 1
• Nombre d’anesthésies générales : 3
• Nombre d’injections / de piqures pour les traitements : 98
• Nombre de « doigts dans la chatte » (mais si, tu sais ce moment si sympa où tu pousses tes ovules de progestérone au fond de ton vagin !! ) : 604
• Nombre de jolis boxers flingués à cause de la dite progestérone : 3 (je ne me suis pas fait avoir longtemps, je me suis acheté un joli stock de boxers exprès pour ces phases.. pas chers, donc glamours au possible.. mais au moins, ça fait moins mal au cœur de les jeter, avec honte car l’état de la chose avec destruction est indescriptible.. plus agressif que le coca cola, c’est dire ! )
• Nombre d’embryons qui ont débuté un bout de vie : 52 (dont 1 ou 2 qui se développent dans mon ventre, et 2 en super forme qui sont vitrifiés)

Pour l’homme :
• Nombre de prises de Sang : 8
• Nombre d’échographies (des testicules) : 2
• Nombre de spermogrammes : 9
• Nombre de recueil de sperme pour les tentatives : 10

Sommes engagées : 11 910.05€
Cette somme comprend : les jours de carence d’arrêts maladies, les jours de congés sans solde pour les examens, les médicaments des donneuses espagnoles, mes médicaments non pris en charges, les frais de transports pour les 3 tentatives Espagnoles, les examens non pris en charge, les tests de grossesse etc etc..

Voila, en espérant que ces informations factuelles vous donnent une idée du chemin à parcourir.

Ce chemin n’est pas aussi long pour tous, ce chemin est parfois plus court, parfois plus long, mais chaque chemin à un gout amer, il faut aussi le savoir.

J’espère ne pas avoir à ajouter de nouveaux éléments dans le futur, et que ma grossesse sera menée à terme ! 🙂

Belle toute nue

28 Mar

Au dela des aspects psychologiques et de douleur a proprement parlé liée aux traitements, il ya aussi un effet secondaire de la PMA qui est important, mais que je trouve très peu souvent abordé : la prise de poids, ou en tout cas, le changement physique.

Peu abordé par les médecins car c’est secondaire, et surtout, je pense parce que chaque femme réagit différemment.

Pour ma part, c’est un des premiers sujets abordés avec ma psy, j’étais très inquiète de ce changement. Je lisais deci delà que certaines avaient pris jusqu’à 10 kg, que d’autres n’avaient jamais perdu.

C’était une peur très futile, je le reconnais mais..

Mais mon corps est depuis que je suis toute petite un « atout social » pour moi. Une bonne bouille, un sourire maitrisé et un corps svelte ouvrent plein de portes. C’est une triste constatation pour l’humain en général, car inégalité totale de la nature, mais c’est mon vécu, j’ai eu cet avantage, et je m’en suis aperçue très tôt.

Mon corps m’a permis de travailler dès que j’ai quitté mes parents, à 16 ans. Sans diplôme, mon enveloppe corporelle a été mon précieux outil de travail. J’ai été hôtesse d’accueil pendant des années, en évènementiel et je n’ai jamais eu de problème pour trouver des contrats, bouille/sourire/corps ont toujours été mon meilleur CV.

Ce corps, je ne l’aime ni ne le déteste, j’ai eu de la chance avec mon patrimoine génétique (enfin extérieur..), cet apport, je n’ai fait que le maintenir à niveau. Il était ce qu’il était, pas de problèmes majeurs. Un poids toujours stable, quelle que soit mon alimentation, avec ou sans sport plutôt le même.

Ce corps était un ami, au moins un domaine sur lequel je n’avais pas à me prendre la tête. Mon corps, cette chance (ou pas).

Jusqu’à la PMA. Et cette prise de conscience que je risquais de « prendre cher ».

Ça m’a fait peur au début mais très vite la priorité absolue est devenue la réussite, peu importaient les sacrifices. Et puis après tout, le but de la manœuvre n’était-elle pas de grossir et de devenir une baleine avec cette grossesse tant désirée ?

C’est donc avec détachement et aidée de mes fraises tagada que j’ai abordé les premiers traitements en iac
Puis les premiers traitements en FIV..
Puis le premier en FIV DPI…
Puis en fiv do….

A chaque échec, un petit shoot de réconfort sucré, saucissonné, ou apéritivé. Avec un gout de « à quoi bon ? … »

Et après 5 ans, 9 échecs, un constat : + 5 kg.

La casse n’est pas énorme me direz-vous, certes, mais je ne me reconnais plus. Je ne connais pas ce corps qui est passé du 36 au 40. Je ne sais pas qui est cette silhouette qui a tout pris des genoux à la taille. Je ne sais pas qui est cette personne avec un début de double menton sur les photos.

Je ne suis plus moi. Ou plutôt si, je suis moi, avec les stigmates de mes échecs, mon corps que je croise chaque jour dans la glace me nargue avec ces « héhé t’as vu, tu as tout perdu ! ». Il me reste ma bouille (qui a pris des joues), mon sourire s’éteint, et mon corps… me lâche….

Mais !!
Mais fidèle à mon positivisme, j’ai décidé de ne pas me laisser abattre. Ou plutôt, piquée dans ma fierté par l’ échéance « maillot de Bain à Bali », je tente de reprendre mon corps en main.

Au programme :

** Depuis le 5 Février (arrêt du traitement de la FIV DO) : « régime », enfin arrêt des grignotages, arrêt des apéros, je fais plus attention à ce que je mange en terme de gras / sucre, sans trop me frustrer gustativement.
** Tous les matins depuis le 5 Mars : crème anti cellulite avec petit massage perso
** 2 fois par semaine, sur une période de 6 semaines : palper rouler en institut (aie aie, bobo les bleus !! )
** 2 fois par semaine, sur une période de 6 semaines : 30 mn de powerplate.

Je prends officiellement mes mesures depuis le 18 Mars.

Bilan à faire le 25 Avril, veille de départ pour Bali

En tout cas, à 7 semaines de l’arrêt du traitement, j’en suis à -2.5 kg 🙂

En espérant (mais je n’y crois pas du tout) que je reparte quasi à 0 pour le début du traitement de Juillet ! 😀

En vrac (comme moi..)

27 Nov

Infos en vrac, mais d’abord il faut savoir que en ce moment, j’ai du boulot.. vraiment beaucoup de boulot….

– J’ai reçu de la Sécu mon attestation pour les soins programmés.. il ya un mois.. mais mon dossier n’est toujours pas enregistré. On avance, on avance  (mais il doivent avoir autant de taff que moi..)

– J’ai reçu de l’hôpital Béclère notre convocation pour la FIV DPI (diagnostique pré-implantatoire), on rencontre Dieu le 7 Février 2013

– Tout les intervenants français pensant que la FIV Do est une super solution pour nous, eh ben… j’ai attaqué la pilule hier soir… c’est partiiiiiiiiiiiiiiii pour la FIV DO à Madrid !!!!! Enfin, il ne faut pas que je l’oublie, mon boulot absorbe le peu de cervelle que j’ai en ce moment…

– On a donc demandé au Père Noel que mon sosie espagnol (hum hum.. j’ai comme un doute) ait envie de donner ses ovules… On a bien pensé à demander à « mon » sosie français, mais comme elle vient d’accoucher et qu’elle est occupée avec sa fourchette et son sac à dos.. elle risque de pas trop être dispo, quoi.. ballot, hein …

– Hâte d’être en vacances… ma matière grise se transforme en bouille.. Mais comme pour nos 35 ans on a rien fait (j’ai eu en super cadeau l’annonce de ma translocation, pour mémoire), on a décidé de se lâcher, méga cadeau de Noel : 4 jours de papouillages intensif dans un hôtel 5 étoiles avec vinothérapie chez Caudalie.. Rahhhhhh j’en rêve !!! Et comme j’espère bien que dans environ 2 mois je ne pourrais plus boire de vin, je vais patauger dedans, pour m’en imprégner 😉

– Je vois la fin de cette année pourrie approcher, et j’avoues que j’en suis ravie, oust l’année de la loose

– J’ai repris RDV avec ma psy, mais vu que ca fait 4 séances que je lui dit que malgré « tout ça », je suis la plus heureuse (mais fatiguée) des femmes, comblée par mon amoureux, je me demande si ca vaut le coup… pour le même prix, je préfère le dire à la personne concernée autours d’un bon diner 

– J’ai mal à mon cœur de stérile quand j’entends certains commentaires sur la parentalité (possible, meme pas encore votée) des couples homos, disant qu’ un enfant ne peut se faire QUE avec une mère et un père biologiques… Je me sens directement visée.. Mais à nous de faire de cette particularité une force. Notre enfant ne sera pas conçu selon le schéma le plus fréquent, certes, mais après tout, quelle est la vraie norme actuellement ? (oué je sais, je deviens philosophe quand je suis rincée..)

– Bon, et sinon, je vous ai dit que j’ai vachement de boulot, et que je suis crevée ou pas ? Je suis plus bien sure 😉